LANCEMENT DE REFUGREENERGY À BRUXELLES : LES MIGRANTS ONT DE L’ÉNERGIE À REVENDRE !

MARDI 3 OCTOBRE 2017 (BRUXELLES)

Télécharger ce communiqué de presse ici (.pdf).

REFUGREENERGY, une start-up verte utilisant l’énergie des réfugiés pour combattre le changement climatique, a lancé avec succès, ce samedi 30 septembre 2017, sa campagne publique en partenariat avec la ville de Bruxelles. À deux pas de la Bourse, ce lancement a été chaleureusement accueilli et applaudi tant par les médias belges que par le grand public. Des centaines de curieux étaient présents pour apprendre comment transformer un double problème – migratoire et climatique – en une solution efficace et durable.

REFUGREENERGY capitalise sur l’énergie humaine des réfugiés qui parcourent Bruxelles à vélo en leur permettant simultanément de recharger des batteries qui sont ensuite distribuées directement aux consommateurs. Il s’agit de remplir un triple objectif : écologique (être en mesure de fournir à ses clients de l’énergie 100 % verte et équitable) ; économique (en offrant une rémunération de 1,60€ par jour grâce au « pico-job », un contrat de 24h renouvelables qui garantit également au réfugié un statut légal sur toute sa durée) ; et social (en aidant le Refugreen© à s’intégrer via un travail productif et un lien direct avec les consommateurs belges, et en donnant aux citoyens une façon d’aider sans culpabilité les moins chanceux qu’eux).

« Notre objectif est de boucler la boucle avec une solution qui réponde au double défi du changement climatique et de la crise migratoire. Puisque le réchauffement climatique accélère les migrations, pourquoi ne pas utiliser les migrants pour le réduire ? Pour nous, c’était assez évident : Black is the new green ! », explique Théo Merckx, CEO de la start-up. Co-fondateur et CEO, Thibault Leroy renchérit : « L’idée nous a été inspirée par une déclaration de Theo Francken, secrétaire d’État belge à l’immigration et à l’asile. Il disait pouvoir se « figurer la valeur ajoutée des diasporas juive, chinoise et indienne mais moins celle des diasporas marocaine, congolaise ou algérienne » Nous voulions lui apporter la réponse adéquate. »

Juché sur la selle d’un vélo de démonstration, Hervé, l’un des premiers Refugreen©, de l’entreprise, témoigne, un peu essoufflé : « Je me sens redevable à l’égard de la Belgique qui m’a offert un séjour. Si à travers mes jambes, mes coups de pédale sur le vélo, je peux leur offrir ce cadeau-là, je dis d’accord. Ils disent que mes jambes valent de l’or – et c’est vrai ».

REFUGREENERGY donne un but aux migrants, répond à nos besoins en énergies renouvelables, et contribue à des solutions énergétiques intelligentes, « vertes » et performantes tout en créant des contrats innovants et de la prospérité pour notre société. Après son lancement à Bruxelles, la start-up se tourne vers le marché international, avec en ligne de mire le Royaume-Uni dès 2019.

Contact médias : Théo Merckx | Tel. +32 498 33 88 62 | Email : contact@refugreenergy.org

LAUNCHING OF REFUGREENERGY IN BRUSSELS : MIGRANTS LEGITIMIZED AS POWER SOURCE!

OCTOBER 3rd, 2017 (BRUSSELS)

Download this press release here (.pdf).

REFUGREENERGY, a green energy startup utilizing the power of refugees to fight climate change, successfully launched its public campaign in partnership with the city of Brussels on Saturday, September 30th, 2017. Outside of la Bourse, Brussels’ former stock exchange, the launch was met with the overwhelming support and praise of both the Belgian media and the general public. Hundreds were present to learn how to turn Belgian’s migrant and climate problems into efficient, sustainable solutions.

REFUGREENERGY capitalises on the human energy of refugees who pedal around Brussels by enabling them to simultaneously charge batteries that are then distributed directly to consumers. The goal is to fulfill three main objectives: ecological (by providing 100% clean and fair energy to consumers); economical (by offering a guaranteed a wage of 1,60 € per day via a « pico-job, » a 24-hour renewable contract that also grants the refugee legal status for the time-period); and social (by helping the Refugreen© – as the migrant is known – to integrate, via productive work and direct communication with Belgian consumers, and by giving Belgian citizens a guilt-free way to help the less fortunate).

“Our objective is to come full circle with a solution to both climate change and the migratory crisis. Global warming accelerates migration, so why not use migrants to reduce it? For us, it was quite obvious: black is the new green!” says CEO Théo Merckx. Co-founder and CEO Thibault Leroy adds, “The idea struck us after being inspired by Theo Francken, Begian state secretary for immigration & asylum. He said he can understand the added value of the Jewish, Chinese or Indian diasporas but hardly the one of Moroccan, Congolese or Algerian. We wanted to give him the right answer.”

Perched contently atop his demo bike and slightly out of breath, Hervé, one of the startup’s first Refugreen©, asserts, “I feel indebted to Belgium for letting me stay. I guess that if through my legs – through pedaling on that bike – I can give them such a gift, then I’m up for it. They say there is gold in my legs – and there is.”

REFUGREENERGY gives migrants a purpose, answers our need for sustainable sources of energy, and contributes to a smarter, greener and more efficient use of energy while creating smart-jobs and prosperity in our society. Now that it has launched in Brussels, the startup is gearing up for the international market, and has its sights set on the UK for 2019.

Media refer: Théo Merckx | t. +32 498 33 88 62 | e. contact@refugreenergy.org

REFUGREENERGY LAUNCH DAY (09/30/2017)